Projet Agro écologie plus Six (AE+6) pour le renforcement de la résilience des petits exploitants agricoles dans les zones arides  du Sahel

Le projet AE+6 vise à renforcer la résilience des petits exploitants agricole dans les zones arides du Sahel dans trois pays : Burkina Faso, Mali et Sénégal.

Au Mali le projet va intervenir dans le cercle de Tominian dans les communes de : Diora, Mandiakuy, Mafouné, Fangasso, Koula et Lanfiala.

Le projet est financé sur 18 mois par le «Partenariat Mondial pour la Résilience en anglais Global Resilience Partnership (GRP)» qui est une initiative soutenue par l’Agence américaine pour le développement internationale (USAID), la Fondation Rockefeller et l’Agence suédoise de développement international (Sida). La coordination globale du projet AE+6 est assurée par Groundswell International, une ONG américaine et mis en oeuvre dans les trois pays par : Association Nourrir Sans Détruire ANSD au Burkina Fao, Sahel Eco au Mali, et Agrécol Afrique au Sénégal.

L’approche du projet est basée sur :

–      La transformation des pratiques agricoles existantes au moyen de l’agro-écologie (AE)

–      L’Intégration des stratégies permettant d’aborder les questions suivantes:

  • 1) des stratégies efficaces de mise à l’échelle
  • 2) la nutrition ;
  • 3) l’autonomisation des femmes ;
  • 4) l’équité sociale ;
  • 5) la diversification (non agricole) des moyens de subsistance des femmes via l’épargne et le crédit ;
  • 6) prise en compte de la réduction des risques de catastrophe  dans la gouvernance locale;

Les résultats attendus du projet sont :

  • les systèmes agricoles locaux deviennent plus productifs, diversifiés, durables, résilients et sensibles au genre et à la nutrition; ils contribuent également à la régénération des ressources naturelles (sols, arbres, eau, couvert végétal).
  • les femmes des ménages les plus vulnérables ont des revenus plus importants, un contrôle  sur les ressources productives, un risque réduit et plus de voix dans la prise de décision (autonomisation)
  • les femmes enceintes et allaitantes ainsi que les enfants de moins de 5 ans des ménages les plus pauvres améliorent leur diversité alimentaire et état nutritionnel,
  • les institutions de gouvernance locales ont des capacités renforcées pour soutenir les groupes les plus pauvres et les plus vulnérables au sein des communautés dans la réduction de leurs risques et l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle

Pour plus d’information contacter Sahel Eco Hamdallaye ACI 2000, Rue 402, Porte 9, 03 BP 259, Tel : (223) 20 29 30 04, Bamako, Mali, Email: saheleco@afribonemali.net, site web : www.saheleco.org.