Suivi Conjoint de DyDev dans les sous bassin de Kiffosso1, Menamba et de Koumbia, d’une femme un moringa à des forages d’adduction d’eau potable

with Pas de commentaire

 

 

Le village de Zangousso, dans cercle de Yorosso a été lieu de rencontre pour le suivi conjoint et évaluation des effets des actions de DryDev dans les trois Sous-bassins du cercle de Yorosso : cette activité avait drainé une foule, composée de notables des villages, de leaders religieux, des responsables de comités GIRE. A travers un tableau muni de papier Padex, M. Seydou Telly a présenté les différents villages ainsi que les activités qui ont été réalisées. Ces activités vont des techniques et technologies agricoles promues, l’aménagement des basfonds, l’installation de boutiques d’intrants, les périmètres maraichers, l’agroforesterie, la surveillance forestière….

Une femme, un Moringa 

Le Moringa a été la vedette dans cette zone dans le cadre de la politique de l’agroforesterie de DryDev. Avec le slogan ‘’une femme, un Moringa’’, l’apport de DryDev est considérable dans la vulgarisation de l’espèce de Moringa dans les trois (3) sous bassin. Au total, quatre mille (4000) femmes ont reçu chacune un pied de Moringa.

’DryDev nous a fourni quatre mille (400) pieds de Moringa. Nous avons été formées en techniques de plantation et d’entretien. Nous avons également formé d’autres femmes qui n’ont pas été touchées par le projet. Selon le formateur, c’est une plante nourrissante qui a des vertus multiples, qu’il traite plus de trois cent maladies, très riche en vitamines et réduit la malnutrition. Nous utilisons ses feuilles dans la cuisine pour faire la sauce d’arachide, la farine du mil pour la bouillie.  Un jour, un de mes petits fils s’est blessé avec une bouteille, il a beaucoup  saigné, nous sommes loin du centre de santé. Puisque j’ai appris que le Moringa soigne plus de trois cent (300) maladies et que ses vertus sont multiples, j’ai coupé et broyé quelques feuilles, je l’ai utilisé dans la plait et sang s’est arrêté’’ témoigne Salimata Coulibaly, ménagère à Kiffosso 1.

Le warrantage

Ce système a été largement répandu dans les sous bassin.M.  Adama Dao nous rapporte ‘’Avant  DryDev, nous vendons nos céréales,  juste après la récolte, le prix de vente était très bas de 30 à 40 FCFA/Kg maximum. L’introduction du système de warrantage nous a permis de jouir de nos récoltes.  Nous stockons les surplus céréaliers dans le magasin et leur vente se fait à un moment où les prix ont un peu augmenté. Cela nous rapport assez de bénéfice’’

Adduction de Zangousso à partir d’un château d’eau

 

Une des innovations à Zangousso est la réalisation d’un forage avec un système de pompage solaire. Installé à la périphérie du village, la cube des 200 m3 fonctionne à partir du système solaire et est raccord

é par des tuyaux pour alimenter le village en eau potable à partir des fontaines. Ce forage dispose d’un abreuvoir du cheptel de la zone. Un ouf de soulagement pour les populations en l’occurrence les femmes qui ne font plus de corvée. Ces réalisations ont été visitées par le responsa

ble de suivi du programme.

Séance de débriefing à Koutiala

Après les échanges avec les bénéficiaires, l’équipe de suivi a restitué les résultats aux partenaires de mise en œuvre du programme. George a rapporté que l’enthousiasme des bénéficiaires prouve à suffisance que le programme contribue concrètement au développement durable des communautés bénéficiaires.  Les partenaires ont passé en revue la mise en œuvre du programme, ses forces et ses faiblesses. La situation financière et les procédures de gestion. Selon Georges, des aspects de responsabilités notamment l’autonomisation des Comités GIRE, la révèle de la prise en charge des frais de déplacement des membres lors de réunions par les mairies ne sortent pas clairement dans les discussions. Avant fin du programme, il a recommandé aux partenaires de travailler sur ses aspects.  Le responsable de suivi a demandé à Sahel Eco de prendre des dispositions nécessaires pour organisation l’atelier de capitalisation.

Répondre